Les 6èmes rencontres du Fonds pour l’Innovation Sociale ont eu lieu à Lens et avaient pour thème “La Culture, vecteur de lien social ? ”.

6emesRencontres_LoosLa veille, une visite de site dela base 11/19 de l’ancien bassin minier de Loos en Gohelle à la Cité des Provinces de Lens, jusqu’au musé du Louvre-Lens, permettait de rester dans le thème de la séance plénière.

Nous avons choisi, pour réfléchir ensemble sur ce thème tout au long de la séance plénière du 28 janvier, que soient présentés, parmi les 211 projets lauréats au Fonds pour l’Innovation Sociale, 5 projets qui abordent cette thématique sous différents axes. 5 binômes, “Esh – Associations”, ont présenté leur projet en cours ou achevés. Leurs interventions renforcées par celles de Directeurs Généraux d’esh, de partenaires et d’élus locaux prouvent que “le partenariat” n’est pas un vain mot. Sur les territoires, même si parfois cela nous semble “timoré”, nous sommes heureux de constater que la dynamique des projets soutenus et portés par les binômes “esh+associations” est relayée par les pouvoirs publics sur de nombreux territoires.

Rencontres-innovation-sociale-2016-Lens

Après une matinée dense aux ressources multiples, les participants ont poursuivi les échanges autour d’un buffet déjeunatoire au sein du Louvre Lens, pour ouvrir sur la table ronde de l’après-midi où institutionnels politiques et de la culture, bailleurs sociaux et entrepreneurs culturels ont affiché leur point de vue sur l’intérêt d’amener la culture dans les quartiers d’habitat social. Nous remercions vivement

  • Xavier DECTOT, Conservateur et Directeur du Musée Louvre Lens
  • Zahia ZIOUANI, Chef d’Orchestre – Orchestre Symphonique Divertimento
  • Xavier CZERWINSKI, Secrétaire Général adjoint de la Préfecture du Pas de Calais en charge de la Cohésion Sociale
  • Francis LUTTIAU, Représentant du Ministère de la Culture et de la Communication
  • David DELEYE, Directeur artistique de l’association Exentric à Maubeuge
  • Marie-Hélène FOUBET, Secrétaire Générale de SIA Habitat et Présidente du Fonds Social
  • Jean-Pierre CHOEL, Directeur Général de Promocil

Vidéothèque du Fonds…  

rencontres-innovation-sociale-28-janvier-2016

Ces 6èmes Rencontres ont démontré que l’interrogation de début de journée a trouvé des réponses…. Le discours de clôture de Valérie Fournier, Présidente du Fonds pour l’Innovation Sociale, a motivé l’assemblée des participants et nous pouvons dire que les pratiques culturelles sont un véritable levier de cohésion sociale lorsqu’elles sont menées de façon transverse avec les habitants comme acteurs principaux.

Nous tenons à remercier Serge Guérin, qui, comme à son habitude a su animer et susciter les débats avec brio.

 

Projets présentés

1 – Le projet Les ateliers de la Cité – résidences d’artistes et expression participative projet soutenu par Logirem et sa Fondation, porté par l’association “Sextant et Plus ”– Lauréat au CSP du 05 décembre 2014. Intervention d’Éric PINATEL, Président du Directoire de Logirem – Ce projet a été présenté par Karim MESSIDI, chargé de gestion locale sur le quartier de la Bricarde, Pascale SASSO responsable de la Fondation Logirem et référent sur ce projet, représentée ce jour par Julie MARTINI, chargée de mission à la Fondation, Léo GUY-DENARCY, coordinateur projet Sextant et Plus et référent pour ce projet, Fanny BROYELLE, Chercheur au LAMES.

 « Les ateliers de la Cité » est un programme de résidences d’artistes et d’actions de sensibilisation des habitants dans deux résidences d’habitat social LOGIREM situées dans les 3ème et 15ème arrondissements de Marseille couplé avec la mise en place d’une mission d’évaluation et d’impact avec le Laboratoire de recherche rattaché au CNRS et à l’université Aix-Marseille (LAMES).

 Les résidences de mise en œuvre du Projet sont :

  • La Bricarde dans le 15ème arrdt. Résidence de 686 logements et plus de 2000 habitants située dans les quartiers Nord de Marseille. L’enquête d’occupation sociale fait apparaître un taux de chômage de l’ordre du 20 % et 90% des personnes ayant des ressources inférieures à 60% du plafond. En 2013, 159 incivilités ont été identifiées. Ce projet est une opportunité pour poursuivre le travail de sensibilisation à la culture qui se déroule sur La Bricarde depuis quelques années.
  • Fonscolombes  dans le 3ème arrdt. Résidence de 249 logements et 659 habitants, située dans un quartier proche du centre-ville, ancien quartier industriel, non loin du projet d’aménagement D’Euro-Méditerranée et du Grand Projet de Ville. Ce quartier présente les indicateurs de précarité les plus élevés de Marseille. La résidence n’est pas dans le périmètre de la ZUS, cependant 72% des personnes ont des ressources inférieures à 60% du plafond.

Pour Logirem et sa Fondation, il est important de mener de front ces deux missions qui s’inscrivent dans le cadre d’un projet recherche-actions : il leur semblait pertinent d’évaluer l’impact de ce projet sur les plans humains (habitants, associations, artistes, partenaires – éducatifs, financiers,…), de l’environnement social et du « bien vivre ensemble », de l’évolution des indicateurs de gestion, de la réception et l’appropriation des œuvres produites, du cadre et de son influence sur le travail artistique.

 

2 – Le projet Intra Muros : Création d’une école de quartier consacrée à la pratique des Beaux Arts projet soutenu par Sodineuf Habitat Normand, porté par l’association “OXYGENE”– Lauréat au CSP du 23 Septembre 2011. Intervention d’Henri GAGNAIRE, Directeur Général de SODINEUF Habitat Normand – Ce projet a été présenté par les référents du projet, Madeleine TELLE, Responsable du Service de Développement Social et Yves DANCEL, artiste peintre au sein de l’association OXYGENE.

« Suite aux expériences artistiques déjà menées auprès des habitants du quartier de Neuville (cf. « Extra muros, Les lions, portraits des gens d’ici »), l’association Oxygène souhaite répondre à la demande des habitants en maintenant des ateliers de peintures et de sculptures sur le quartier dans un véritable lieu dédié à la pratique des Beaux arts, et non plus comme une des activités proposées par le centre social. Il y aurait “une école des Beaux arts” sur le quartier ouverte à tous. Avec le soutien de Sodineuf, un local commercial de 60m² a été aménagé pour accueillir 3 ateliers permanents de cette école des Beaux Arts : Un atelier de sculpture dont les cours seront dispensés tous les vendredis de 16h à 19h par Nadia TORRES CONTRERAS, un atelier de peinture-décoration, fresques murales et Mosaïques assuré par Yves DANCEL, artiste peintre et sculpteur connu des neuvillais, entre autre dans le cadre du projet “Extra Muros”. Ses cours seront dispensés tous les matins de 9h à 12h du lundi au vendredi. Et, un atelier Couture d’Art dispensé les mardis et jeudis de 14h à 17h par Louciné PETROSYAN, couturière d’art Arménien et ayant une expérience professionnelle dans la confection de costumes pour le théâtre académique “Gabriel Soundoukyan” à EREVAN en Arménie. Louciné PETROSYAN souhaite s’investir bénévolement aux cotés d’Yves DANCEL dans ce projet de création d’une école des beaux arts sur le quartier. “L’école profitera de toutes les opportunités proposées dans le quartier pour se mettre autant que cela lui est possible au service du public. Les artistes enseignants à l’’école des beaux arts s’accordent avec le centre social Oxygène sur un engagement en termes de réalisations qu’ils devront respecter selon un cahier des charges et un budget fixé sur l’année. Chaque atelier pourra recevoir dix élèves.

 

3 – Le projet Galerie d’Art : espace d’égalité des chances par l’initiation et le perfectionnement à l’art contemporain et pôle d’expressions artistiques projet soutenu par Coopération et Famille, porté par l’association “Il Faut le Faire”– Lauréat aux CSP du 9 décembre 2011 et 12 septembre 2014. – Intervention d’Isabelle MARQUES, membre du directoire et Directrice Territoriale Coopération et Famille. Ce projet a été présenté par Caroline LACAUD, chargée de mission DSU référent pour le projet d’aide au démarrage, Isabelle MARQUES, référent esh pour le second projet d’aide au développement, Véronique PATTEGAY, Responsable de l’association et référent du projet, Patrick PINON, artiste plasticien ; Badr SLASSI, 1er adjoint au maire de la ville de Goussainville et Patrick AMPILHAC, architecte en charge du projet maitrise d’œuvre de la Galerie d’Art.

Ce projet de création d’une galerie d’art au cœur de la cité Ampère a été soutenu par le FIS entre 2011 et 2015. L’association IFLF porte aujourd’hui, en partenariat avec Coopération et Famille, un projet de développement quantitatif et qualitatif de leurs actions, ainsi qu’un projet architectural d’extension de l’espace d’expressions artistiques, qui nécessite de bénéficier de ressources complémentaires au regard des multiples publics accueillis et des divers ateliers proposés à savoir :

  • des ateliers de pratiques artistiques à destination des enfants des quartiers Ampère et Grandes Bornes durant les vacances scolaires ;
  • des ateliers de pratiques artistiques à destination des jeunes, en lien avec le partenariat construit depuis 2011 avec la mission locale et l’Education Nationale,
  • des modules de formation pour les Educateurs destinés à soutenir les pratiques artistiques de qualité dans le cadre des Nouvelles Activités Périscolaires (NAP) de 3h mises en place par la ville,
  • un atelier d’initiation pour adultes de trois heures une fois par semaine qui alternera avec des conférences d’histoire de l’art et des civilisations, des expérimentations plastiques et des visites d’expositions.
  • des sessions de préformation aux métiers de l’art en direction des jeunes de 16 à 25 ans en difficulté d’insertion souhaitant intégrer des écoles d’art (parrainage, partenariat). Depuis 2012, 8 sessions de préformation de 30h chacune ont été organisées au bénéfice de 35 jeunes.
  • la réalisation de 5 expositions d’artistes internationaux et d’œuvres réalisées par les jeunes en préformation et participants aux ateliers. Depuis 2012, ces 5 expositions ont accueilli plusieurs centaines de personnes (habitants, acteurs locaux, jeunes, artistes)

L’association rencontre un succès grandissant et fait face depuis quelques années à un développement exponentiel de la demande des habitants. Le nombre d’habitants intéressés par les ateliers est aujourd’hui de plus en plus important et de nombreux jeunes se voient refuser l’accès à ces ateliers par manque de place disponible. La surface et l’organisation actuelle ne permettent pas à l’association de faire face à la demande des habitants. Fort de la réussite depuis 2012, l’adaptation du local s’est imposée. Accompagnées par un Maitre d’œuvre, Il Faut le Faire et Coopération et Famille ont élaboré un projet de structuration qui passera par la transformation des sous-sols actuels afin de les relier à l’appartement. Ces transformations permettront de réattribuer les espaces : le Rez-de-chaussée permettra d’accueillir les ateliers d’initiations et les stages de préformation et le sous-sol espace de 120m² sera dédié aux expositions.

 

4 – Le projet Flânerie à Borny – Renforcement du lien social et de la mixité sociale projet soutenu par LOGIEST, porté par l’association “BOUCHE à OREILLE ”– Lauréat aux CSP du 26 septembre 2012 et du 20 février 2015. – Ce projet a été présenté par Roger ADT Responsable action sociale de l’esh LogiEst, Isabelle COLLIGNON en charge de la gestion urbaine de proximité au sein de l’office Metz Habitat Territoire, Gilles THIAM, chargé de projet et attaché de production au sein de l’association BAO et de Patrice NZIHOU, élu de la Ville de Metz, en charge de la gestion du domaine public et du portage de projets sur l’espace public.

Sur la Cour du Languedoc, Bouche à Oreille et LogiEst ont tenu le pari : la culture adoucit les mœurs et les habitants-locataires d’un quartier d’habitat social ont démontré que l’expression culturelle et artistique renforcent le lien social, et est vecteur de relations sociales riches et diversifiées. LogiEst et Bouche à Oreille souhaitent renforcer la dynamique initiée Cour du Languedoc auprès de l’ensemble des habitants du quartier de Metz Borny. Ce projet s’adresse à toutes les générations grâce à une programmation pérenne d’ateliers d’expression culturelle, la construction d’un studio d’enregistrement dans un parking de LogiEst, et pour 2016-2017 la création de résidences d’artistes européens et d’étudiants en art dans une dizaine de logements de l’esh et du nouveau partenaire MHT.

Le projet artistique et participatif “Flânerie à Borny”, à l’échelle de ce grand quartier populaire périphérique de Metz et de ses 20 000 habitants, a été imaginé par Bouche à Oreille comme une suite logique et un essaimage des pratiques expérimentées dans le projet Ensemble Cour du Languedoc développé par l’association Bouche à Oreille aux cotés des 1 000 habitants de la Cour du Languedoc, sous-quartier de Borny.

Ce déploiement à l’ensemble du quartier de Metz-Borny est motivé par un contexte économique difficile pour les habitants, une diversité culturelle mal vécue par les habitants, un manque de mixité sociale, une stigmatisation de ce quartier par une part de l’opinion publique.

S’appuyant sur une expérience de 3 ans, sur le tissu associatif et institutionnel de tout le quartier, les objectifs de ce projet visent à améliorer le vivre ensemble entre des habitants de plus de 40 origines différentes, à valoriser leur diversité, en les aidant à s’approprier leur quartier, dans un contexte de rénovation urbaine hésitante, à renouer le dialogue et la reconnaissance entre les habitants des sous-quartiers de ce grand territoire et à stimuler la rencontre de ses habitants grâce à une programmation d’ateliers et à la préparation durant plusieurs mois d’un grand événement : créer 8 spectacles participatifs en différents points géographiques du quartier. Pour cela, Bouche à Oreille poursuit le travail de proximité auprès des partenaires du quartier et de la ville. La requalification urbaine dans ce quartier avec la création du tramway, l’ouverture de la BAM (boîte à musique) sont autant d’opportunités pour renforcer et pérenniser la dynamique culturelle et artistique initiée Cour du Languedoc.

Les ateliers proposés aux habitants du quartier sont toujours aussi diversifiés : des arts plastiques, à l’écriture, la musique, la vidéo, en passant par le numérique, le tricot voire la cuisine. L’intérêt de ce projet est que ces ateliers aussi éclectiques soient-ils, ont toujours une portée pédagogique et représentent un maillon dans le projet global qui reste l’événement du quartier, note finale au travail collectif d’une année produit en ateliers et mis en scène sur une journée, qui se déroule généralement en Septembre. Projet ambitieux à objectifs multiples, Flânerie à Borny constitue un enrichissement considérable de l’action antérieure et innove en poursuivant le déploiement à l’échelle de tout un quartier le travail de mixité sociale par l’expression artistique. D’un quartier enclavé et fortement stigmatisé, Metz-Borny deviendra, à terme, un quartier attractif.

 

5 – Le projet Renaissance de la cité minière “Les Provinces” ou comment faire vivre un site classé, projet d’accompagnement artistique et culturel à la réhabilitation d’un patrimoine classé soutenu par SIA HABITAT, porté par l’association “Culture Commune – Scène Nationale du Bassin Minier du Pas-de-Calais”– Lauréat aux CSP du 11 décembre 2015 – Intervention de  Marie-Hélène FOUBET, Secrétaire Générale et Présidente du Fonds Social de Sia Habitat – Ce projet a été présenté par Sabria MAHMOUDI, Médiatrice socio-culturelle et référent de ce projet, Laurent COUTOULY, Directeur de Culture Commune et référent de ce projet, Nicolas BAYS, Député de la 12ème circonscription du Pas-de-Calais.

SIA Habitat saisit l’opportunité de la réhabilitation thermique programmée par tranche en milieu occupé sur la cité des Provinces, site classé à l’UNESCO à Lens et sollicite Culture Commune pour mener un travail de mobilisation des locataires/habitants, autour d’activités artistiques et culturelles durant ce programme de travaux et au-delà. Cet accompagnement culturel et artistique permettra d’impliquer non seulement les 498 ménages dont 50 propriétaires en place sur la nécessité de cette réhabilitation, mais aussi les 95 ménages nouveaux arrivants en 2016, afin que tous, participent au devenir de leur cité minière. Progressivement, durant deux années, tel le récit de la rénovation de la cité, plusieurs compagnies ou collectifs d’artistes (comédiens, circassiens danseurs, performeurs, constructeurs-bidouilleurs) vont s’y succéder, pour des temps de résidences ou des temps forts. Trois compagnies artistiques sont déjà identifiées : La Compagnie Hendrick Van Der Zee (HVDZ), celle des Padox et le collectif Tricyclique Dol.

Pour accompagner cette démarche, SIA Habitat met à disposition de Culture Commune un logement de type T4 qui deviendra la Maison des Artistes et des Citoyens, dédié aux rencontres et aux échanges entre habitants et avec des artistes. Ouvert à tous, ce logement est l’épicentre de l’action. Un second logement sera mis à disposition de façon temporaire, des Padox. Un travail particulier sera mené auprès des 185 enfants de locataires scolarisés dans les écoles du quartier (ciblés lors des ateliers mis en place par Culture Commune dans les écoles) et plus largement toutes les personnes de la région intéressées par la valeur patrimoniale et humaine de la Cité et le travail de Culture Commune.

La présence des artistes et des médiateurs de SIA Habitat et de Culture Commune permettra d’accompagner autrement les habitants présents dans les phases de travaux, et d’accueillir les nouveaux locataires en les sensibilisant à la valeur patrimoniale de leur quartier. Dans un même temps, des rencontres thématiques de sensibilisation au développement durable en lien avec la réhabilitation thermique en cours seront proposées à l’ensemble des locataires avec la participation des partenaires locaux et de la base 11/19. Ce projet permettra aux habitants de s’exprimer : leur participation et leur implication seront sollicitées dans la construction des étapes de l’action ; tout en répondant aux enjeux du bailleur. Les spectacles et temps forts, qui vont ponctuer les résidences artistiques, permettent d’associer le quartier à son environnement proche, ouverture sur la Base 11/19 et plus largement sur la Ville.